les statues de josaphat (I) : albert giraud

2

janvier 5, 2013 by Mat

En me baladant dans le parc Josaphat l’autre jour, je me suis fait la réflexion que – à l’exception d’Emile Verhaeren – je ne connaissais aucun des personnages qui y étaient représentés en statue : Philippe Baucq, Oswald Poreau, Nestor de Tière, Hubert Krains, Albert Giraud ne sont pour moi que de sinistres inconnus. Je dois sérieusement manquer de culture générale :-/. Vu que j’imagine ne pas être le seul à ne pas savoir de qui il s’agit, je propose vous faire partager, chaque semaine, l’histoire d’un de ces « inconnus ». Cette semaine, je parlerai d’Albert Giraud (1860-1929), un poète symboliste belge d’expression française.

DSC_3458 DSC_3457

« De son vrai nom Émile Albert Kayenberg, Albert Giraud naît le 23 juin 1860, à Louvain, dans une famille de commerçants. Son père meurt alors qu’il est encore enfant, et il est élevé par sa mère et sa tante. Il se révèle sensible, émotif et solitaire. Après des études dans un collège de sa ville natale, le jeune homme songe à s’inscrire au conservatoire; il a en effet acquis une grande maîtrise technique du piano et la musique l’attire.

Le futur écrivain y renonce pour suivre les cours de la Faculté de philosophie et lettres de l’Université de Louvain, où il fait la connaissance notamment d’Iwan Gilkin, d’Émile Verhaeren et d’Émile Van Arenbergh. Il participe aux groupes culturels estudiantins : La Société de l’émulation et La Société littéraire, y prononce des discours appréciés et commence à écrire en prose et en vers. Dans ce dernier domaine, il reconnaîtra souvent sa dette envers Van Arenbergh, qui corrigeait volontiers les poèmes de ses amis, pour leur donner une forme parfaite. À regret, il émigre dans la capitale, en raison des difficultés financières de sa famille. Entré à l’Université de Bruxelles, il doit arrêter ses études quelques mois plus tard. Pour faire vivre les siens, il se lance dans une carrière journalistique.

Dès 1881, Kayenberg fait partie de l’équipe de La Jeune Belgique. (…) [A] la fin de la même année, il signe un conte du nom qui sera désormais le sien dans le milieu des lettres : Albert Giraud. Si ses qualités de critique sont vite reconnues, ses hésitations entre prose et poésie révèlent un auteur qui cherche sa voie. Sa première publication, Le Scribe, en 1883, est un recueil de contes qui n’est pas très bien accueilli. Giraud est conscient de ses faiblesses, et c’est désormais à la poésie qu’il consacrera son potentiel créateur ». http://www.arllfb.be/composition/membres/giraud.html

Sa carrière artistique ne commence réellement qu’en 1884, avec la parution du Pierrot Lunaire. Il y défend une conception de l’art qui exclut toute influence sociale ou religieuse : c’est l’art pour l’art. On y retrouve l’influence de Verlaine et de la commedia dell’arte. En 1912, le compositeur atonal Arnold Schoenberg se servira, dans l’une de ses œuvres, de la traduction allemande du Pierrot Lunaire. Je vous laisse avec deux extraits …

COUCHER DE SOLEIL

Le Soleil s’est ouvert les veines
Sur un lit de nuages roux :
Son sang, par la bouche des trous,
S’éjacule en rouges fontaines.

Les rameaux convulsifs des chênes
Flagellent les horizons fous :
Le Soleil s’est ouvert les veines
Sur un lit de nuages roux.

Comme, après les hontes romaines
Un débauché plein de dégoûts
Laissant jusqu’aux sales égouts
Saigner ses artères malsaines,
Le Soleil s’est ouvert les veines !

ABSINTHE

Dans une immense mer d’absinthe,
Je découvre des pays soûls,
Aux ciels capricieux et fous
Comme un désir de femme enceinte.

La capiteuse vague tinte
Des rythmes verdâtres et doux :
Dans une immense mer d’absinthe,
Je découvre des pays soûls.

Mais soudain ma barque est étreinte
Par des poulpes visqueux et mous :
Au milieu d’un gluant remous
Je disparais, sans une plainte,
Dans une immense mer d’absinthe.

2 thoughts on “les statues de josaphat (I) : albert giraud

  1. […] vous parlerai aujourd’hui est flamande comme (Nestor de Tière), symboliste (comme son ami Albert Giraud), pacifiste (comme Philippe Baucq), vénéré (comme Borlée), entourée de peintres (comme […]

  2. […] aujourd’hui était d’origine flamande (comme Nestor de Tière), symboliste (comme Albert Giraud), pacifiste (comme Philippe Baucq), vénérée (comme Borlée), entourée de peintres (comme […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion / Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Joignez-vous à 466 followers

Auteurs

I Love Meiser est un blog ouvert à tous. On y parle essentiellement de la vie schaerbeekoise au travers de photos, de textes (vaguement) humoristiques et de tuyaux en tous genres. N'hésitez pas à nous contacter pour y ajouter votre grain de sel.

Dit is een blog voor iedereen. Het gaat over sociale gebeurtenissen in Schaarbeek : hier, men publiceert nuttige informatie, leuke foto's van de gemeente en (vaag) humoristische teksten. Aarzel niet om ons te contacteren... en om deel te nemen.

This blog is open to everyone. It is a sort of social city guide, in which we publish pieces of advice for those who live or want to live in Schaerbeek (Brussels). On this blog, you will find a lot of nice pictures, as well as (vaguely) humoristic articles... Don't hesitate to take part to it.

Communauté, Gemeenschap

Archives, Archief

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles publications.

Joignez-vous à 466 followers

%d bloggers like this: